Vendredi 24 juillet à 21h30

LE PRINTEMPS DES ARTS DE MONTE-CARLO

par Adélaïde Ferrière, percussions et Jean-Etienne Sotty, accordéon

 

Iannis Xenakis / Rebonds pour percussion (11’)
A
B
Franco Donatoni / Omar pour vibraphone (12’)
Part I
Part II
Javier Alvarez / Temazcal pour maracas amplifiées et sons électroacoustiques (7’)

Adélaïde Ferrière, percussions
Sofia Gubaidulina / De Profundis pour accordéon (14’)
Mauricio Kagel / Pandorasbox pour bandonéon (10’)
Régis Campo / Licht ! Un hommage à Gérard Grisey pour accordéon (5’)

Jean-Etienne Sotty, accordéon

Ordre des pièces à déterminer

 


Adélaïde Ferrière et Jean-Étienne Sotty, deux des jeunes artistes invités du festival du Printemps des Arts ces dernières années, se produisent exceptionnellement hors festival pour faire renaître la vie musicale à Monaco. L’une est percussionniste, l’autre accordéoniste.
Ces deux artistes remarquables donneront des pièces très différentes les unes des autres, chacun dans son style instrumental : des pièces énergiques et surprenantes, dont l’une présentée depuis un tabouret tournant !
Les percussions et l’accordéon, considérés pendant de nombreuses années comme des instruments mineurs, ont trouvé leurs lettres de noblesse au XXème siècle.
Leur mise en valeur est récente et les plus grands compositeurs se sont penchés sur ce répertoire nouveau qui fera l’objet de cette soirée : de Xenakis à Donatoni et Gubaidulina en passant par Kagel.

Adélaïde Ferrière

Désignée Victoire de la Révélation Soliste Instrumental de l’année 2017, lors de la 24ème édition des Victoires de la Musique Classique, Adélaïde est la première percussionniste à avoir été nommée à l’occasion de cette cérémonie.
Titulaire d’un Master avec les félicitations du jury au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP), qu’elle intègre à l’âge de 15 ans, elle étudie également au Royal College of Music de Londres en 2016.
Adélaïde s’est produite en soliste sur la scène de la Philharmonie de Paris, l’Auditorium de Radio-France, La Seine Musicale, le Mozarteum de Salzbourg, la Philharmonie du Luxembourg, en Allemagne, Angleterre, Autriche, Brésil, Espagne, Grèce, Italie, Lituanie, Pays-Bas, Suisse, USA, avec l’Orchestre de Chambre de Lettonie, l’Orchestre des Jeunes Colombiens, l’Orchestre Dijon Bourgogne, l’Orchestre Victor-Hugo Franche-Comté́, les musiciens de l’Orchestre de la Suisse Romande…
On peut la retrouver sur les ondes de France Musique, France Inter, France Culture, Radio Classique.
Lauréate de nombreux prix internationaux en France et à l’étranger, la jeune artiste est également soutenue par l’Adami, la Fondation Safran pour la musique, la Fondation Engelberts pour les Arts et la Culture.
Adélaïde est artiste YAMAHA et sponsorisée par Black Swamp Percussion USA, Southern Percussion UK et Alternate Mode.

Jean-Étienne Sotty

Jean-Étienne Sotty naît le 20 mars 1988. C’est à l’école de musique de Saint-Vallier, dans sa Bourgogne natale, qu’il découvre la musique, l’accordéon et les joies de la scène. Très vite, la perspective d’une vie musicale s’impose à lui et il part alors se former auprès des professeurs les plus distingués : Olivier Urbano, Christophe Girard, Philippe Bourlois et enfin Teodoro Anzellotti sous l’enseignement duquel il obtient son Master of Music Performance à la Haute école d’Arts de Berne. Son excellence lui ouvre les portes du Diplôme d’Artiste Interprète puis du Doctorat au CNSMDP ; ses lectures musicologiques et sa maîtrise de la théorie musicale lui valent d’être reçu au concours de l’agrégation de musique.
Fort de ce parcours, Jean-Étienne Sotty ne donne aucune limite à ses envies musicales. Il peut ainsi donner un récital de musique classique transcrite à l’accordéon et historiquement documentée, fréquenter le lendemain une scène de création contemporaine, et pour finir tenir la partie soliste d’un concerto avec grand orchestre. Insatiablement créatif, il participe avec les compositeurs à l’élargissement du répertoire pour accordéon et crée le premier accordéon microtonal en France avec Fanny Vicens, dans le cadre du duo XAMP.
On a pu l’entendre en France comme à l’international dans les lieux les plus prestigieux : Théâtre du Châtelet, KKL de Lucerne, Festival Kurt Weill de Dessau, Les Subsistances (Lyon), Centre George Pompidou/ IRCAM, Festival Printemps des Arts de Monte-Carlo, Teatro Mayor (Bogota), Sadler’s Wells (Londres), Konzerthaus de Vienne, Festival Présences…

 


 

Crédits photos :
© Yves Rousseau
© Alain Hanel

Vendredi 24 juillet à 21h30

LE PRINTEMPS DES ARTS DE MONTE-CARLO

par Adélaïde Ferrière, percussions et Jean-Etienne Sotty, accordéon

 

Iannis Xenakis / Rebonds pour percussion (11’)
A
B
Franco Donatoni / Omar pour vibraphone (12’)
Part I
Part II
Javier Alvarez / Temazcal pour maracas amplifiées et sons électroacoustiques (7’)

Adélaïde Ferrière, percussions
Sofia Gubaidulina / De Profundis pour accordéon (14’)
Mauricio Kagel / Pandorasbox pour bandonéon (10’)
Régis Campo / Licht ! Un hommage à Gérard Grisey pour accordéon (5’)

Jean-Etienne Sotty, accordéon

Ordre des pièces à déterminer

 


Adélaïde Ferrière et Jean-Étienne Sotty, deux des jeunes artistes invités du festival du Printemps des Arts ces dernières années, se produisent exceptionnellement hors festival pour faire renaître la vie musicale à Monaco. L’une est percussionniste, l’autre accordéoniste.
Ces deux artistes remarquables donneront des pièces très différentes les unes des autres, chacun dans son style instrumental : des pièces énergiques et surprenantes, dont l’une présentée depuis un tabouret tournant !
Les percussions et l’accordéon, considérés pendant de nombreuses années comme des instruments mineurs, ont trouvé leurs lettres de noblesse au XXème siècle.
Leur mise en valeur est récente et les plus grands compositeurs se sont penchés sur ce répertoire nouveau qui fera l’objet de cette soirée : de Xenakis à Donatoni et Gubaidulina en passant par Kagel.

Adélaïde Ferrière

Désignée Victoire de la Révélation Soliste Instrumental de l’année 2017, lors de la 24ème édition des Victoires de la Musique Classique, Adélaïde est la première percussionniste à avoir été nommée à l’occasion de cette cérémonie.
Titulaire d’un Master avec les félicitations du jury au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP), qu’elle intègre à l’âge de 15 ans, elle étudie également au Royal College of Music de Londres en 2016.
Adélaïde s’est produite en soliste sur la scène de la Philharmonie de Paris, l’Auditorium de Radio-France, La Seine Musicale, le Mozarteum de Salzbourg, la Philharmonie du Luxembourg, en Allemagne, Angleterre, Autriche, Brésil, Espagne, Grèce, Italie, Lituanie, Pays-Bas, Suisse, USA, avec l’Orchestre de Chambre de Lettonie, l’Orchestre des Jeunes Colombiens, l’Orchestre Dijon Bourgogne, l’Orchestre Victor-Hugo Franche-Comté́, les musiciens de l’Orchestre de la Suisse Romande…
On peut la retrouver sur les ondes de France Musique, France Inter, France Culture, Radio Classique.
Lauréate de nombreux prix internationaux en France et à l’étranger, la jeune artiste est également soutenue par l’Adami, la Fondation Safran pour la musique, la Fondation Engelberts pour les Arts et la Culture.
Adélaïde est artiste YAMAHA et sponsorisée par Black Swamp Percussion USA, Southern Percussion UK et Alternate Mode.

Jean-Étienne Sotty

Jean-Étienne Sotty naît le 20 mars 1988. C’est à l’école de musique de Saint-Vallier, dans sa Bourgogne natale, qu’il découvre la musique, l’accordéon et les joies de la scène. Très vite, la perspective d’une vie musicale s’impose à lui et il part alors se former auprès des professeurs les plus distingués : Olivier Urbano, Christophe Girard, Philippe Bourlois et enfin Teodoro Anzellotti sous l’enseignement duquel il obtient son Master of Music Performance à la Haute école d’Arts de Berne. Son excellence lui ouvre les portes du Diplôme d’Artiste Interprète puis du Doctorat au CNSMDP ; ses lectures musicologiques et sa maîtrise de la théorie musicale lui valent d’être reçu au concours de l’agrégation de musique.
Fort de ce parcours, Jean-Étienne Sotty ne donne aucune limite à ses envies musicales. Il peut ainsi donner un récital de musique classique transcrite à l’accordéon et historiquement documentée, fréquenter le lendemain une scène de création contemporaine, et pour finir tenir la partie soliste d’un concerto avec grand orchestre. Insatiablement créatif, il participe avec les compositeurs à l’élargissement du répertoire pour accordéon et crée le premier accordéon microtonal en France avec Fanny Vicens, dans le cadre du duo XAMP.
On a pu l’entendre en France comme à l’international dans les lieux les plus prestigieux : Théâtre du Châtelet, KKL de Lucerne, Festival Kurt Weill de Dessau, Les Subsistances (Lyon), Centre George Pompidou/ IRCAM, Festival Printemps des Arts de Monte-Carlo, Teatro Mayor (Bogota), Sadler’s Wells (Londres), Konzerthaus de Vienne, Festival Présences…

 


 

Crédits photos :
© Yves Rousseau
© Alain Hanel

Autres Spectacles